Vêtements et chemises en provenance d'Hawaï et des Etats-Unis

La toile s’effiloche ???

marketplace

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais depuis quelques temps, toutes les recherches effectuées sur les principaux moteurs de recherches vous alignent imperturbablement les principaux poids lourds du web. Les petits cybermarchands, ou les petits commerçants du web sont de moins en moins visibles et seuls les comparateurs et autres places des marchés ou market places sont affichés. Pire, sur chaque recherche effectuée,et ce sur différents mots  et bien, vous obtenez presque le même affichage. Bref, le web a bien changé et devient monotone. Adieu la diversité du web. Ce sont les portes ouvertes aux sites tout blancs, à la charte graphique identique, aux vitrines identiques et au final aux prix identiques…

Chez CouleurTropiques, nous tenons bon. Même si nous sommes de plus en plus sollicités par ces comparateurs de prix et autres, pour afficher nos produits. Ce que vous ne savez peut être pas, c’est que pour être présents sur ces grandes enseignes, et bien nous devons passer à la caisse. Sur chaque vente ou clique opéré, un forfait et/ou un % tage  nous est automatiquement prélevé. D’autre part, la concurrence faisant rage sur le web, la vente accompagnée de tout  l’arsenal marketing actuel (prix plancher, port aller et retour gratuit, échange sous 2 mois …) font que les sites e-commerces sont de moins en moins rentables et doivent trouver des relais de croissances. Les Market places sont  devenues pour ces cybermarchands, ou plutôt ces logisticiens de l’e-commerce, une nécessité. D’ailleurs, le mensuel Capital dans son N° 273 de juin 2014 au travers de son  article « Rueducommerce Encore une victime d’Amazon » écrit au sujet de la vente de produits techniques : « Les marges y sont massacrées ! Une activité moins rémunératrice que la place de marché qui ne pèse chez lui que 26% du chiffre d’affaires. Or cette dernière permet d’encaisser entre 8 et 10% de commission à chaque transaction sans lever le petit doigt. »      Vous l’aurez compris, pour eux c’est :   pas de stock, pas d’envoi,  pas de SAV, avec le bénéfice en plus ..  C’est du gagnant gagnant.

Chez Couleurtropiques, entreprise familiale qui revendique son indépendance, nous refusons ce constat et pour bien des raisons. D’une part, la relation commerçant-client doit être préservée. Essayez d’appeler un des mastodontes du web pour demander un conseil sur une taille de chemise ??? Ce n’est pas gagné.  Déjà, les joindre par téléphone est parfois le parcours du combattant. D’autre part, ces grands sites ne sont pas l’assurance du prix le plus bas (à qualité et produit comparable). En effet, il faut bien, à un moment donné,  répercuter les commissions versées et autres avantages alloués. Sans parler, que tous ces sites à l’apparence clonée  enlèvent tout plaisir au surf.

Mais ce qui est le plus irritant, c’est de prendre l’internaute pour un imbécile en lui faisant croire qu’en consultant un comparateur de prix, il fera la bonne affaire. C’est limite limite et pourtant cela est devenu monnaie courante. Ce qu’il faut savoir, c’est que le comparateur compare bien souvent les seuls sites qui le rémunèrent. Les autres parfois présents seront visibles mais pas avant d’avoir fait fondre votre clavier.

Le Web change, tout comme notre environnement. A quoi ressemblera t-il dans 3, 5 ou 10 ans ???  Personne n’a vraiment la réponse. Une étude réalisée par MalineaConseil va plus loin en titrant sont rapport : « 2020. la fin du e-commerce …où l’avènement du commerce connecté » 

Tout un programme …A suivre.

logo_facture